Essai de l’ENERGICA EVA 80kW

Essai de l’ENERGICA EVA 80kW

22 octobre 2018 / 122 / Blog, Essais
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Pinterest
Partager sur Google +

En cette fin septembre 2018, en plein été indien, j’ai eu la possibilité près de 2 ans après un premier contact d’essayer la ENERGICA EVA en version 80kW.

J’ai pu ainsi parcourir près de 300kms à son guidon, en trajet domicile -travail mais aussi en mode balade.
Température +/-25°C – beau temps

Premier jour : Départ Lyon 76, avenue du Maréchal de Saxe, CITY BIKE 69
Mode URBAN et régénération MEDIUM
Sortie Lyon par l’avenue Mal de SAXE et avenue du mal FOCH puis le tunnel de Croix Rousse et les bords de Saône

Arrêt Bocuse à Collonge-au-Mont-d’or Puis Neuville, Quincieux, Anse et Villefranche/Saône-Limas.

Aux premiers tours de roues en ville la ENERGICA EVA est ressentie comme une moto lourde à l’arrêt et à (très) basse vitesse. Elle est vive à l’accélérateur en URBAN et le frein moteur important sur MEDIUM.
En fait il est plus confortable de passer en mode de régénération LOW : moins d’à-coups mais déjà plus de frein moteur qu’une ZERO SR en régénération 100%.
Puis au fils des kms on prend facilement confiance et une fois passé 20km/h le poids ne se fait plus (vraiment) sentir.
La moto devient même assez maniable et surtout très saine et franche.

Attention toutefois aux réglages de suspensions : il faut trouver ses marques entre fermeté et légers louvoiements de l’arrière en appui sur route dégradée si on est trop souple !
Le saute-vent est efficace.

L’ENERGICA aux premières accélérations donne une impression – à soi et aux autres usagers – de moto à réaction, tant par la puissance des accélérations que par … son bruit !
Etonnant pour un véhicule électrique. Si un scooter électrique Niu est carrément furtif et une ZERO un poil siffleuse avec sa courroie, la ENERGICA se rapproche de la De Lorean du Doc Marty : on ne passe pas inaperçu.
On est surpris au départ et puis on s’y habitue, voire on s’en amuse.

A vitesse constante il devient plus réduit.

 

Sur ce premier trajet, en mode observation, première surprise l’autonomie est bonne et largement suffisante dans la cadre de la majorité des trajets domicile-travail !
On peut tabler sur 140kms sur ce type de trajet. Au vu des caractéristiques techniques (capacité batterie, puissance et poids), je ne m’attendais pas à tant !

 

Le lendemain matin, fait amusant, la batterie affiche 80% au moment du départ contre 76% la veille au soir.
Je m’attends donc à perdre 4% dès le départ, mais non !

Je règle sur SPORT et régénération HIGH pour une séance de musculation matinale !

Je prends cette fois le chemin le plus direct, le plus rapide par l’ex N6 avec une arrivée à Lyon en récupérant l’A6 à Dardilly.

Je roule moins « à la cool », un peu plus comme nombre de motards, c’est-à-dire « un poil » plus vite que les voitures…

 

Au sujet on notera que les limitations sont finalement assez bien adaptées à la ENERGICAen miles-per-hour !

Je m’arrête pour prendre une photo devant un resto sympa (pub) en bord de l’ex N6 et le proprio (motard tatoué) vient à moi en me disant « je vous ai entendu arriver avec un bruit bizarre » !
Je ne rêve donc pas, en ENERGICA on nous entend arriver : bonne nouvelle pour les motard ayant horreur du vide acoustique !
Je reprends la route et arrive sur l’A6 : longue descente aux allures légales (mph… ?) et un peu d’inter-file avant le fameux tunnel sous Fourvière : warning et pleins Phares !
Aucun souci, les voitures se poussent avec la lumière diffusée par les deux optiques avant !
C’est ensuite l’entrée dans Lyon par les quais de Rhône puis l’arrivée Avenue de Saxe.
66kms parcourus, 116 d’autonomie affichée (avec l’entrée dans Lyon prise en compte) et au final surtout 43% consommé pour les 66 kms sur cet AR domicile-travail.

Une règle de 3, plus parlante que l’autonomie restante, nous donne une autonomie de 150kms, soit même un peu plus que la veille !

En fait j’ai consommé 24% sur l’aller et 23% sur le retour : Bizarrement la dépense énergétique est finalement assez proche pour deux parcours effectués très différemment.

Peut-être une explication : le mode régénératif en HIGH au retour sur un trajet plus rapide serait-il vraiment venu m’aider dans ma conduite plus « agressive » ?
Il faut dire que je n’ai pas touché aux freins BREMBO, à peine au moment de poser le pied aux feux. On pourrait presque gagner un peu de poids en enlevant les lourds étriers et disques !

Je recharge à la concession pour préparer la suite de l’essai : prise standard, réglage du chargeur sur 13A (réglable de 6 à 13A), et branchement sur la partie type2 de la CCS.

L’ENERGICA se met en charge puis le refroidissement s’active : ça ventile ! Fin de charge : 100%, autonomie affichée 234kms !!!

Explication : les derniers kilomètre avec l’inter-file et le roulage urbain sont pris en compte !

Retour le samedi en fin de journée :
LYON 3 vers BRON puis BRON-LIMAS par le périphérique et l’A46 !
Ce trajet en début de soirée est plus rapide que les précédents, voir indécent mais chut !

Le tableau de bord en mode graphique est parlant ! 47 kms parcourus, 45% restants.
soit environ 80kms d’autonomie !
Moyenne 10.5kwh/100kms pour une engin de 350kg avec le pilote.

A rapprocher de la consommation d’une voiture électrique style ZOE ou LEAF…
Que dire ? chut ! Voir photos !

Le lundi, après une charge à 100% je prends cette fois la route de Lyon en fin de journée mais en passant en mode balade par le Beaujolais.Arrivée par Vaise puis Croix Rousse avec un retour par les bords de Saône.
Moyenne 8.4kWh/100kms.
La différence n’est pas négligeable.

J’en profite aussi pour faire quelques tests des différents modes de conduite et notamment des 4 modes de régénération : SANS – LOW – MEDIUM – HIGH
J’ai en effet noté pendant tout cet essai que le frein moteur et donc la régénération est (très) important surtout sur les deux derniers modes : MEDIUM et HIGH.

Ainsi j’ai eu l’idée faire le test de lâcher de l’accélérateur à 100km/h sur chaque mode et de noter la puissance (en kw) de régénération :

– Low : 9kw
– Medium : 13kw
– High : 17kw !!!! on comprend mieux la puissance du frein moteur

Retour Lyon Saxe le mardi matin : 102kms parcourus depuis lundi. 32% restants, soit par règle de 3, encore 150kms d’autonomie en mode domicile-travail !
Cela démontre qu’en trajet domicile-travail en roulant souplement (le couple le permet), l’autonomie est suffisante. On charge chaque soir, ou un soir sur deux et on n’a aucune crainte.

Au final durant cet essai j’ai roulé en configuration :
– URBAN (couple limité à 158Nm – supérieur à une DUCATI 1299 Panigale…) et SPORT (couple de180Nm)
– LOW et MEDIUM
Le plus confortable au quotidien pour limiter les à coups est URBAN et LOW.
Le plus optimisé est SPORT et MEDIUM.
Le mode HIGH en régénération est assez délicat à doser et serait capable de rendre les freins sans intérêt si ce n’est en freinage d’urgence !

A noter que le mode ECO limite le couple à 110Nm (un peu en dessous d’une Ducati Monster 1200) et le mode RAIN à 90Nm (> Ducati Monster 821)

Coté recharge on aborde le gros point fort des ENERGICA !

Chez soi sur une prise 230V : chargeur réglable de 6A à 13A. 3h30’ de 0-100% en 13A

Mais surtout sur une prise CCS de borne rapidepublique : charge à 20kW soit 80% de charge en 30’

J’ai donc profité de cet essai pour passer voir deux sites de charge de la CNR à Lyon :
– Ecully – Chemin du Perollier
– Lyon 2 – rue Ravat

Cette capacité de recharge sur borne rapides en CCS-COMBO permet une virée « plein sud » en ENERGICA, ce qui est une première en 2 roues.
La CNR en a implanté tout au long du Rhône !

 

En résumé, conduire une ENERGICA est une sensation unique – voire démesurée – de puissance.
Mais le plus étonnant reste qu’une utilisation quotidienne est tout à fait possible grâce aux réglages de mode de puissance/régénération mais aussi en utilisant le mode de fonctionnement à 2.8kmh en marche avant et arrière pour les manœuvres !
Une fois passé les 20kmh, la moto devient franchement facile et adaptée à un usage quotidien.
Et une fois sortie de la ville, aucune thermique ne rivalisera, le plaisir en plus de disposer d’une machine d’exception, voire en avance sur le temps !

Pour faire un clin d’œil à ses origines italiennes et à l’art de la séduction, l’ENERGICA est intimidante à aborder mais au final elle sait rester modeste tout en dégageant un « sex-à-piles » énorme !

 

A noter qu’il existe une version EVA de 107kW et une EVA EsseEsse 80kW!!!!

Et une EGO 107kW

Les ENERGICA EVA et EGO sont disponibles à l’essai chez Citybike38/Citybike69, tout comme les ZERO Motorcycles !1

Leave your comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Besoin d'aide pour choisir un véhicule ?

Contactez-nous